Potager - (c) coco/fotolia

Carrefour bio développe les circuits courts

On vous en parle dans le magazine Esprit Veggie du printemps, nos modes de consommation sont en train de changer pour que les aliments soient plus sains, qu’ils fassent moins de kilomètre et qu’ils consomment moins d’emballage. Dans l’article à retrouver sur le magazine intitulé « Les circuits courts : une alternative crédible à la grande distribution ?« , Anaïs Bocquet vous parlait des projets de plus en plus nombreux de supermarchés coopératifs, notamment des épiceries sans emballage jetable comme La Recharge à Bordeaux ou Ô Bocal à Nantes. Les circuits courts, je les encourage moi aussi au jour le jour grâce à la Ruche qui dit Oui d’Antony, que j’ai ouverte il y a 5 as déjà !

Potager
Potager – (c) coco/fotolia

Bonne nouvelle, la grande distribution s’y met aussi !

Voici une initiative dont je viens de prendre connaissance de la part du groupe Carrefour : un potager de 1 200 m2 situé sur le toit de l’hypermarché de Villiers-en-Bière en Seine-et-Marne (77), vient d’être mis en place. Ici, le magasin lui même devient lieu de production. Le potager de Villiers-en-Bière comportera des arbres fruitiers, des plantes potagères, fruitières, ornementales et aromatiques, cultivés selon des techniques inspirées de l’agro-écologie. Il rentre en plus dans un projet pédagogique car il sera géré les élèves du lycée agricole et horticole Bougainville de Brie-Comte-Robert.

D’autres initiatives de ce genre vont suivre. En région parisienne par exemple, l’enseigne s’est engagée au côté de la Ferme Akuo du Gâtinais, première ferme inspirée de la permaculture en Ile-de-France, installée dans un parc éolien, afin d’approvisionner ses magasins Carrefour Bio d’Ile-de-France. L’enseigne privilégie les circuits courts à travers son offre de produits locaux (60.000 références) et les produits issus de l’agro-écologie, comme les fraises cultivées sans pesticides de synthèse. En signant la Charte « Objectif 100 Hectares », Carrefour s’est engagé, auprès de la Mairie de Paris, à contribuer à la végétalisation de Paris, pour que d’ici 2020, la ville compte 100 hectares d’espaces végétalisés dont un tiers consacré à l’agriculture urbaine.

Bravo ! A qui le tour ?

Plus de recettes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *