La Ruche qui dit Oui d’Antony réouvre ses portes pour la rentrée

La Ruche qui dit Oui d’Antony réouvre ses portes pour la rentrée

Après une petite pause pendant les vacances (et donc trop peu de demandes), la Ruche qui dit Oui d’Antony réouvre ses portes. La prochaine distribution aura lieu le samedi 27 août et les suivantes continueront tous les samedis sur le même horaire.

Voici un message que j’ai reçu début août, de Patrick, bien connu de nos abeilles sous le nom de Saveurs des Prairies : un agriculteur éleveur de Picardie qui nous fournit des pièces de viande de boeuf, veau, porc ainsi que des charcuteries et produits traiteurs qu’il transforme dans son atelier. Son message soulève les difficultés rencontrées par les agriculteurs à cause des intempéries et des aléas du marché : ce métier est ingrat et plein d’embûches. C’est avant tout pour soutenir ces hommes et ces femmes, qui ont choisi de travailler la terre et d’élever des troupeaux que j’ai choisi de mettre en place ce réseau de distribution parallèle avec la Ruche qui dit oui. Pour que les projets tels que l’usine aux 1000 vaches partent aux oubliettes. Pour soutenir l’économie locale et savoir exactement le contenu de nos assiettes.

J’en profite pour vous rappeler que la vente en cours se termine demain soir. J’espère que vous serez nombreux pour cette distribution de la rentrée.

******************************

Le message de Patrick Haudebourt

… en ces temps difficiles ou compliqués pour l’agriculture en général.
Comment compenser 15000€ de pertes sur la vente des céréales cette année (baisse de 50% du rendement et baisse des cours par une qualité déplorable) ; 25000 € sur la vente de lait car la laiterie ne ramasse plus le lait (elle à perdu ses contrats avec l’Angleterre) et que les ruches sont fermées tout Août.

Va falloir tripler ou quadrupler les ventes sur les ruches pour compenser, chose tout simplement impossible … impossible.
Je ne baisse pas les bras mais certains jours et souvent certaines semaines ne laissent pas de répit aux tracas …
Mes parents ont soufferts durant leur carrière, j’ai repris l’exploitation familiale pour leur montrer qu’ils n’ont pas fait cela pour rien et à mon tour je souffre.
Ce que l’on peut gagner d’un côté est perdu de l’autre, à quoi bon. Faut-il continuer ou …
Mon moral veut continuer et faire que je me batte, mais depuis 17 années d’agriculteur éleveur, je ne me souviens pas s’il y en a une qui relève la moyenne.
Je vais finir sur une note positive tout de même, c’est grâce à la Ruche qui dit Oui que depuis 5 ans, je réussis à faire face à mes échéances, sans pour autant prélever un salaire, cela viendra certainement un jour.
A bientôt
Patrick

Agriculteur éleveur de vache

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *